ARAMIS, SEIGNEUR D’HERBLAY  ?

 

bullet

Aramis, crée chevalier d’Herblay, évêque de Vannes, général des Jésuites et duc d’Alaméda, par Alexandre Dumas, était en réalité, de ses noms et qualités, Henry d’Aramitz, écuyer, abbé laïque d4aramitz, en la maréchaussée d’Oloron, et appartenait à la plus ancienne noblesse militaire du Béarn. Alexandre Dumas avait-il pensé à l’un des seigneurs d’Herblay en créant le personnage d’Aramis., seigneur d’Herblay, l’un des trois mousquetaires ? C’est possible. Selon le roman d’Alexandre Dumas, Aramis avait pris l’habit dans un couvent de jésuites sis à Noisy vers 1650. Charles Le Prévost, véritable seigneur d’Herblay, était entré chez les oratoriens ; en 1965, il était chanoine de Nevers.

 

ETIENNE FOURMONT

 

bullet

Etienne Fourmont était un des savants les plus illustres de son siècle. Il était né le 23 juin 1683 à Herblay. Tout jeune enfant, il reçut ses premières leçons du curé d’Herblay, Messire Henriart du Manoir. Il entra au célèbre séminaire de Saint-Sulpice et y conquit rapidement le degré de maître ès-arts. Il fut renvoyé et entra au collège de Montaigu puis au collège de Navarre. Toujours avide d’apprendre, il s’adonna à l’étude difficile et aride de l’hébreu, de l’arabe et du chinois. Il fut le premier savant d’Europe qui osa affronter cette dernière langue, réputée indéchiffrable et mit au jour les 214 clefs qui sont la base de l’écriture chinoise, en 1719., puis rédigea une grammaire en 1728. Il entra au collège de France. La société Royale de Londres et l’Académie de Berlin le nommèrent membre correspondant. Il mourut le 15 décembre 1745, à l’âge de 62 ans.

 

PIERRE-JULES SOUFFLOT

bullet

  Pierre-Jules Soufflot, le petit –neveu du célèbre architecte du Panthéon à Paris, né à Auxerre le 13 décembre 1793, fut pour Herblay, où il vécut près de quarante années, une providence par sa bonté et sa générosité. Il est attiré par la carrière militaire et devient officier de l’armée napoléonienne. Rentré dans la vie civile, il consacre son activité et son temps au développement des Messageries Lafitte et Caillard. Lorsque les chemins de fer détrônent les diligences, il devient l’un des organisateurs de ces Messageries maritimes (1852) qui porte le pavillon de la France jusqu’au rivage les plus lointains. En 1864, il fait don de sa maison à Herblay à la charge d’y faire construire l’école et un asile. Ses bienfaits se multiplient dès cette époque. Notre vétéran des armées de  l’empire s’est éteint à Paris le 2 juin 1893, laissant à tous ceux qui l’ont connu un souvenir impérissable. Sa robuste santé l’avait conduit jusqu’au seuil de sa centième année.

 

JEAN ALLEMANE

 

bullet

Socialiste français, né à Sauveterre en Haute-garonne en 1843, Jean Allemane a fini ses jours à Herblay. Ouvrier typographe, il prit part à la Commune. Condamné en 1871 aux travaux forcés, amnistié en 1880, il devint l’un des chefs du parti ouvrier et dirigea le groupe socialiste dit « possibiliste » contre les collectivistes de Jean Guesde. Député de Paris, il constitua le groupe socialiste révolutionnaire, appelé allemaniste, qui attribua aux ouvriers manuels toute l’initiative dans l’organisation sociale et préconisa la grève générale comme moyen de l’acquérir. Il habita Paris, puis Herblay, rue des Grosses Eaux, jusqu’à son décès en 1935.  

Hit Counter